Textes bibliques

Pourquoi l’apôtre Paul ne permet-il pas à la femme d’enseigner (1 Tim 2.12)?

Publié par Joëlle Razanajohary, le 20/04/18

Le verset de 1 Timothée 2 :12 ‘Je ne permets pas à la femme de prendre autorité sur l’homme en enseignant’, fait parti des versets phares brandis par les opposants à une ouverture de l’accès des places d’autorité et de responsabilité aux femmes dans l’Église. Il est régulièrement cité de manière lapidaire dans les discussions entre tenants et opposants, la plupart du temps dans le but de faire retentir une vérité ultime destinée à faire taire quelque récalcitrant, qu’il soit homme ou femme.

Pourquoi Paul a-t-il dit cela ? Qu’est-ce que cela signifiait pour les femmes d’hier ? Et qu’est-ce que cela signifie pour les femmes d’aujourd’hui ?

Quelques jalons historiques

Il semble que les femmes de l’Église primitive n’aient pas interprété ce texte comme relevant d’une interdiction absolue. En effet, des preuves suffisantes dans les textes chrétiens (Phoebé est ministre de l’église de Cenchrée Rom16,1 ; Priscille enseigne, Rom 16,3-4 ; Junia est estimée parmi les apôtres, Rom16 :7) et jusque dans l’art graphique, existent pour démontrer que les femmes ont agi dans les communautés primitives avec une belle liberté.

Ce n’est qu’au IVe siècle que les restrictions sérieuses commencent : le canon 11 du concile de Laodicée en 363, interdit de donner des responsabilités aux femmes dans l’Église et le canon 49 leur interdit l’accès à l ’autel. Il est bien entendu que l’on ne peut interdire que ce qui existe….

Au cours des siècles suivants, ce texte de l’apôtre Paul devient l’un des fondements de l’état de subordination de la femme, dans le couple mais également dans la société, à cause de :

  • L’ordre créationnel, Adam a été créé le premier
  • L’ordre dans la chute, Eve a chuté la première

Quelques jalons interprétatifs

Depuis l’apparition du féminisme, de nombreuses tentatives d’interprétations ‘nouvelles’ ont vu le jour. En voici quelques-unes, résumées bien évidemment !

  • Paul limiterait la place des femmes de façon circonstancielle, locale et non de façon permanente à cause de l’emprise des cultes à mystère et notamment du culte de Diane d’Éphèse sans pour autant le faire partout et pour tous.
  • L’emploi du verbe authentein très inhabituel et unique dans le NT, en lieu et place de ‘exousia’ pour désigner l’usage de l’autorité légitime, fait pencher l’interprétation vers la notion d’un pouvoir abusif, que certains vont jusqu’à comprendre comme de la domination. Cf. « Daughters of the church »
  • Paul naviguerait entre deux systèmes de pensées : l’un, promoteur de la libération des femmes, aurait pour origine la trajectoire rédemptive concrétisée par le Christ. L’autre étant le fruit de la trajectoire développée par le péché et la domination masculine. Son argumentaire oscillerait entre deux corpus d’enseignement contradictoires au sujet des femmes, d’où les ‘apparentes contradictions, ou dissonances’ Cf. ‘Lire Paul à la lumière de Jésus
  • D’autres auteurs développe les raisonnements ‘anti-féministes’ jusqu’à leur point de rupture pour montrer leur insuffisance à tenir compte de l’ensemble des données. Ainsi Bilézikian : Paul ne base-t-il pas son enseignement sur le fait qu’Adam a été formé le premier ? […] Dans cette logique, les animaux ne devraient-ils pas avoir autorité sur les humains ? […] Et Adam n’a-t-il pas été autant trompé qu’Eve ? […] D’autres textes mettent la responsabilité, non sur Eve mais sur Adam (Rm 5.12, 17-19). « Une compréhension rabbinique fait sens ici : Adam est fautif de ne pas avoir informé Eve sur les dangers du fruit défendu alors qu’il avait été créé le premier et avait reçu des instructions de Dieu. Eve dépendant d’Adam pour avoir cette information était donc plus vulnérable. C’est pour cela qu’Adam porte la responsabilité de la chute. Lu comme cela, cela devient probable que Paul faisait appel à la compréhension rabbinique pour ne pas autoriser les femmes de son église à enseigner. Elles sont dans la même position qu’Eve et sont donc vulnérables. »

Une autorisation de s’instruire

A ces interprétations, je voudrais ajouter celle que je développe dans le livre ‘Qui nous roulera la pierre’ aux éditions empreinte du temps présent:

Je suis toujours effarée de constater comment ce texte, réputé difficile, est amputé de sa meilleure partie, lorsque le focus est mis sur l’interdit! Pourquoi tant de personnes, tout comme Adam et Ève au jardin d’Éden à la suite d’un personnage bien peu recommandable, se focalisent-elles sur l’interdit plutôt que d’admirer la grande ouverture offerte par le texte?

En effet, le cœur du texte ne se trouve pas dans l’interdit, mais dans la possibilité de s’instruire, inédite jusque-là. Que la femme – ou l’épouse – s’instruise en silence, affirme Paul, avant de rajouter le long développement qui suit (1Tim 2,13 à 15) et qui reprend la position juive traditionnelle attribuant une responsabilité première à la femme dans le péché.

C’est cette responsabilité qui explique leur éviction de l’obligation d’instruction. Les femmes, ignorantes de la Thora, ne peuvent elles-mêmes enseigner avant d’avoir été instruites et Paul lève ici l’interdit.

Lorsqu’on se focalise sur l’autorisation d’instruction et non plus sur l’interdit, le sens du passage change complètement! En effet, « Le silence, ou plus exactement le calme, la paix, -terme utilisé deux fois et qui encadre l’interdit- était l’attitude attendue des étudiants masculins dans les Yeshivas, les maisons d’études rabbiniques. Paul abolit ainsi l’une des plus grandes divisions entre l’homme et la femme juive. On considérait que la femme juive, par sa nature essentielle, connaissait la Thora de l’intérieur, c’est-à-dire biologiquement, et pour cette raison, elle était non seulement dispensée de l’instruction mais également interdite d’enseignement. La Michna rapporte les dires du rabbin Jude: ‘Comment savons-nous que la mère n’a pas le devoir d’enseigner ses enfants?

Quiconque a l’ordre d’étudier, a l’ordre d’enseigner. Quiconque n’a pas l’ordre d’étudier, n’a pas l’ordre d’enseigner.

Et comment savons-nous qu’elle n’est pas astreinte à enseigner elle-même? Parce qu’il est écrit ‘Vous les enseignerez à vos fils’ (Dt 11,19) et pas ‘à vos filles.’

Autrement dit, «l’autorité des femmes dans l’enseignement pourra se réaliser lorsqu’elles auront rattrapé le retard accumulé au cours des siècles de confinement dans la domesticité.»   Fin de citation

ryan-moreno-96903-unsplash.jpg

En résumé, l’interdiction exprimée dans le passage de 1Tim 2,12 se comprend à la lumière de la traduction rabbinique, comme une conséquence du péché et de la domination des hommes sur les femmes dans le domaine du savoir.

La tirade ‘car Adam a été créé le premier…’ explicite le pourquoi de la longue éviction de l’instruction dont la femme a fait l’objet. Dans sa partie finale, la même tirade pointe comme advenu le moment du salut à venir pour Eve, celui où elle aura donné naissance au Messie tant attendu qui débloquerait la situation d’enfermement à laquelle elle avait été vouée en tant que femme.

Voilà le véritable sujet de ce passage et non l’interdiction de l’enseignement ! En conformité avec l’enseignement rabbinique -que Paul connaissait fort bien-, nous pouvons donc affirmer que c’est l’ensemble du paradigme instruction-enseignement qui s’ouvre aux femmes lorsque Paul leur intime l’ordre d’adopter la position habituelle des étudiants masculins, même si le versant de l’enseignement est reporté à plus tard. Paul n’interdit pas, à jamais, aux femmes d’exercer le rôle d’enseignante -il accepte d’ailleurs sans problème que Priscille enseigne- mais il s’oppose à l’enseignement d’une femme qui serait sans instruction, et qui de plus s’arrogerait d’elle-même le titre d’enseignante. (D’où l’utilisation du terme authentein, autorité auto-conférée et donc abusive au lieu d’exousia, autorité donnée par Dieu et reconnue par tous).

Que l’on cesse donc d’agiter sans fin ce verset sous le nez de toutes celles qui, instruites, appelées par Dieu et reconnues par leurs pairs, se lèvent pour exercer un service!


Note de bas de page:

Mishna Kodashim 1:7. La Mishna compile les différentes traditions orales, leurs polémiques et leurs résolutions, lorsqu’il y en a. Ces textes décrivent un univers religieux centré autour du temple de Jérusalem, détruit un siècle plus tôt. Même si sa datation est postérieure de plusieurs décennies à la rédaction des textes de Paul, la Mishna reflète fidèlement les traditions juives du premier siècle.

38 comments on “Pourquoi l’apôtre Paul ne permet-il pas à la femme d’enseigner (1 Tim 2.12)?

  1. Bonjour, merci pour cet enseignement, je suis comblée par votre interprétation et reste toujours attentive à vos articles.

    Aimé par 1 personne

  2. Jeremie

    Ou est-il ecrit que Priscille enseigne ?

    Voici les différentes versions que je trouve :

    «Saluez Prisca et Aquilas, mes compagnons d’œuvre en Jésus-Christ, qui ont exposé leur tête pour sauver ma vie; ce n’est pas moi seul qui leur rends grâces, ce sont encore toutes les Églises des païens. Saluez aussi l’Église qui est dans leur maison. »
    Romains 16:3‭-‬5 LSG

    Saluez Prisca et Aquilas , mes collaborateurs dans le service de Jésus-Christ. Ils ont risqué leur vie pour sauver la mienne. Je ne suis pas seul à leur en devoir gratitude. C’est aussi le cas de toutes les Eglises des pays païens.Saluez aussi l’Eglise qui se réunit dans leur maison .»
    Romains 16:3‭-‬5 BDS

    «Saluez Prisca et Aquilas, mes compagnons d’oeuvre dans le Christ Jésus (qui, pour ma vie, ont exposé leur propre cou; auxquels je ne rends pas grâces moi seul, mais aussi toutes les assemblées des nations), et l’assemblée qui se réunit dans leur maison.»
    Romains 16:3‭-‬5

    J'aime

    • Bonjour Jérémie, et merci pour votre question qui est pertinente. Je vais essayer d’y répondre courtement et synthétiquement… Pour ne pas faire un nouvel article…
      1. Actes 18:24 affirme que le couple (cité avec les deux noms, ce qui est important et inhabituel dans les écrits grecs) a accueilli Appolos et que les deux l’ont enseigné « plus exactement dans les voies du Seigneur ».
      2. En Romains 16,3, les deux sont nommés « sunergos », compagnons d’œuvres. Le même terme est appliqué à une grande quantité d’autres personnes par Paul et à chaque fois, il signifie une position de leadership dans l’église. La mention du prénom du conjoint féminin est en elle-même révélatrice d’une position de responsabilité tant il existe de cas dans la littérature hors Nt et jusque dans les évangiles de ‘femmes sans noms’, rendues invisibles par la culture de l’époque.
      3. « 6 des 7 églises de maison mentionnées dans le NT sont rattachées à un nom de femme ». Lire l’excellent et très documenté ouvrage de Georges et Dora Winston ‘les femmes dans le ministère chrétien ». Soit elles sont mentionnées seules (Marie à Jérusalem, ac.12,12; Lydie à Philippe, ac.16,40; Nymphas , à Laodicée, Col.4,15) ou en couple ( Prisca et Aquilas à Rome , Rom.16,3-5) puis encore eux à Ephèse (1Cor.16.19), Appia et Archippe à Colosses (Phm 2-3)
      Pour répondre à votre question, il faut donc dépasser ce qu’un seul verset dit ou ne dit pas et ne pas rester attaché à la lettre…
      Cordialement.

      J'aime

    • Par contre, que pensez-vous du fond de l’article… Vous avez réagi sur un point de détail, me semble-t-il…

      J'aime

  3. Jérémie kinkobokange

    Dieu n a pas besoin de quel type de sexe pour s en servir mais il a besoin des saints

    J'aime

  4. Ping : ¿Por qué el apóstol Pablo no permite que la mujer enseñe (1 Tim 2:12)? | Evangelizadoras de los apóstoles

  5. karelnet

    Passionnant, bravo pour cet article construit et fondé. (je suis un homme, chrétien, et attaché à la parole de Dieu). J’ai creusé le sujet sur lequel je n’ai pas un avis tranché, étant partagé entre le sens véritable des mots de ce verset, et l’expérience de mon cheminement avec Dieu au cour duquel j’ai reçu et appliqué des enseignements de femmes qui ont marqué et changé ma vie avec Dieu.

    Je voudrais attirer votre attention sur un point : que pensez-vous de la formulation « JE ne permets pas… » (que l’on retrouve aussi au verset 1, « JE recommande… ») ? Sans exclure l’inspiration divine de ces paroles, ni leur applicabilité à aujourd’hui, pourrait-elle en limiter la portée à un contexte particulier ?

    Merci pour votre travail.

    Aimé par 1 personne

    • Bonjour Karelnet! Merci pour vos encouragements à notre égard et un grand bravo à vous: Certains hommes trouvent difficile de reconnaître ce qu’ils doivent aux femmes, mais ce n’est pas votre cas!
      En ce qui concerne le « Je » que l’apôtre Paul utilise, il ne me parait pas déterminant! D’autant plus que Paul l’utilise aussi bien pour des avis qui sont de l’ordre du personnel et du culturel (1 Cor.7:1à7) que de la pensée divine (1 cor 7:10) et il rajoute dans ce cas ‘non pas moi, mais le Seigneur’. Le contexte générale de ses prises de positon me parait bien plus déterminant pour l’interprétation… Mais ce n’est que mon avis, d’autres ne le partagent pas! Bien fraternellement.

      J'aime

  6. Merci pour le choix de votre Pastora! Pour ce courage car cela impliquait déjà des jugements de la part d’un grand nombre.
    Quand je suis devenu pompier professionel beaucoup de chrétiens m’ont dit que ce n’était pas un métier pour les femmes pourtant j’avais toutes les prédispositions ( physique mentale humaine sportive …)pour m’épanouir dans ce travail.
    J’ai excellé dans toutes mes compétences dans ce domaine par la grâce de Dieu.
    j’ai accepté que si Dieu m’avait fait avec un tel état d’esprit de telles compétences ce n’était pas pour que je lutte contre elles mais pour que je les mettent à son service.
    mais j’ai premièrement beaucoup culpabiliser à cause de ses croyances limitantes de mes amis chrétiens.
    Quand je vois que sous la période des juges Dieu s’est servi des femmes…
    Je me dis que le plus important est d’être en accord entre qui on est et le dieu en qui on croit.
    J’ai souvent envie de dire : »dis-moi qui tu es je te dirai comment est ton Dieu ». Je suis souvent attristé que les chrétiens perdre plus leur temps à débattre sur leurs opinions bibliques que de voir l’accomplissement des œuvre de Dieu dans chacune de leur vie.
    Je suis complètement ouverte au pastorat de femme. J’ai pu avec tristesse constaté que certains Pasteur homme qui était fermement opposé à cette idée avait pour autant la grande faiblesse de laisser toutes les idées de leurs femmes entrer dans leur tête et avec celles-ci y prendre des décisions concernant leur propre église ce qui revenait finalement à laisser la direction à leur femme de façon invisible à la oeil.
    Merci pour cet étude !! Soyez tous bénis
    Caro

    Aimé par 1 personne

    • Merci Caro pour vos encouragements! Soyez vous aussi bénie dans ce que vous êtes et ce que vous faites. Vous avez raison, nous n’avons pas à avoir honte de ce que Dieu a placé en nous.

      J'aime

  7. Yoann du cep

    Bonjour, merci pour votre texte et vos recherches. Je suis assez ouvert sur le sujet et en recherche. Même si d’un arrière plan « patriarcal ». Je suis étonné de « l’incoherence » (désolé du terme) du coeur de votre propos, me semble t-il. Vous indiquez que Paul prononce l’interdiction aux femmes d’enseigner car elles mêmes ne sont pas enseignées (logique culturelle d’alors). Sauf que dans un même temps…vous recensez et évoquez puis décrivez toutes ces femmes qui semblaient être très instruites et au service du Seigneur. Il semble donc faux de dire qu’ il était interdit aux femmes d’enseigner pour ce motif.

    J'aime

    • Je cite effectivement 3 femmes (Phoebe, Priscille et Junias) mentionnées expressément dans le texte… Vous parlez de ‘toutes ces femmes’… Il me semble bon de ne pas faire d’elles, ces ‘arbres qui cachent la forêt’.

      J'aime

  8. Ping : « Plus que des meubles et moins que des chiens » !

  9. Myriam

    Et comment si les femmes n’aurais jamais eut droit d’enseigner ou d’être en autorité . Comment aurais ton nommé une femme juge en Israël (Deborah)Elle était d’après son titre une docteur de la loi.Puisque pour être juge; il fallais être en tout point connaissant de la loi de Moïse!Et si les gens se fiaient a son jugement surement qu’il etait bon! Et je ne parle même pas des profetesses cité dans les écriture!Pour ma part concernant Saul de tarse j’interprète son commentaire comme une opinion personelle a une situation donné a une place donné .Ce que vous avez écrit est une facette que je n’avais point explorer et très instructive merci !Galates 3:28 Il n’y a plus ni Juif ,ni Grec, il n’y a plus ni esclave ,ni libre, il n’y a plus ni homme ni femme ; car tous vous êtes un en Jésus Christ. Ou pensons a ceci si Jésus est venu racheter les pêchers de l’homme en est t’il de même de la femme et si c’est le cas, elle est elle libre en crist?

    J'aime

  10. Ping : A la suite du Christ, « Sans frein, sans crainte, sans honte »

  11. Adriana

    Bonjour

    Le premier passage de 1 Timothée 3, parle de qui exactement? Car il designe uniquement les hommes.

    Merci!

    J'aime

    • De quel verset parlez-vous plus précisément?

      J'aime

    • Les versets suivants la déclaration de Paul repartent de la situation décrite. C’est assez logique! Il n’y a aucune femme qui puisse prétendre devenir évèque alors qu’elles n’ont pas l’instruction nécessaire. Il est donc tout à fait normal que Paul cible uniquement les hommes ici. Mais encore une fois, il n’affirme nulle part que cela ne peux pas, ne doit pas changer lorsque les femmes connaitront les textes comme les hommes.

      J'aime

  12. Marie-Rose

    Bonjour,
    Dans la seconde lettre à Timothée 2.2, Paul dit  » ce que tu as entendu de moi, confie le à des « HOMMES «  » fidèles, qui soient capables de l’enseigner à d’autres.  »
    A la lecture de ce verset, on comprend  » hommes masculins ».
    Pourtant, c’est le mot grec ANTHROPOS (personnes, hommes et femmes) qui a été traduit.
    Paul n’interdit donc pas tout enseignement aux femmes.
    .

    Aimé par 1 personne

    • Françoise

      Réponse à Marie Rose : Il y a plusieurs années de cela javais parlé de ce passage avec mon pasteur, et il m’avait répondu qu’il était question « des hommes » donc, que les femmes ne pouvaient pas enseigner (sauf les enfants bien entendu, comme si ils étaient une quantité négligeables et que si les femmes faisaient du « mauvais travail » ce n’était pas grave). Après avoir pris connaissance du terme grec « anthropos » j’ai compris que mon pasteur ne voulait pas entendre de femme enseigner dans l’église. Et c’est toujours vrai, même lorsqu’il est invité à participer à des rencontres d’anciens élèves dans les Instituts bibliques, je l’ai entendu dire ceci : « j’avais pensé y aller mais il y a des femmes qui vont enseigner et ça me dérange ».

      J'aime

      • Malheureusement, c’est une triste réalité… Comme si les femmes n’avaient rien à dire, rien reçu. Il m’est arrivé plusieurs fois de voir des personnes se lever pour quitter la salle de culte lorsqu’elles réalisaient qu’une femme allait prêcher ! Il faut tenir bon et se battre pour rester dans l’amour face à ce genre d’opposition. Courage à vous…

        J'aime

  13. Ping : La 2ème lettre de Jean s’adresse-t-elle à une femme pasteur ?

  14. Ping : « Une femme peut-elle être pasteur ? »

  15. Bonjour !
    Merci et bravo pour votre bel article.
    Je me pose cependant la question suivante : lors de votre raisonnement vous affirmez que la tradition rabbinique enseigne qu’Adam est responsable de la Chute car il n’a pas informé Ève des dangers du fruit défendu alors qu’il avait reçu les instructions de Dieu ayant été créé le premier, puis plus tard vous déclarez que « [Paul] reprend la position juive traditionnelle attribuant une responsabilité première à la femme dans le péché », qui doit donc -selon les interprétations juives- porter la responsabilité première de la Chute ?
    Merci ! Soyez béni !

    J'aime

    • Les traditions d’interprétations rabbiniques sont multiples à ce sujet, tout comme le sont les interprétations chrétiennes. Paul lui-même considère la femme comme responsable dans ce passage et l’homme dans Romains 5:12…

      J'aime

  16. Etienne

    Bonjour Joelle, Merci pour votre proposition d’explication, j’aimerais réagir sur votre affirmation « Quiconque a l’ordre d’étudier, a l’ordre d’enseigner. Quiconque n’a pas l’ordre d’étudier, n’a pas l’ordre d’enseigner. »

    Si tous les étudiants devenaient des enseignants , est ce que la société tournerait encore?
    Tous étudiant ne devient pas un enseignant
    Mais tous disciple de christ devient un témoin, un ambassadeur de l’Evangile par contre

    Du coup les enfants doivent ils nous enseigner dans l’église dès qu’ils ont acquis la maitrise d’une doctrine?

    comment concilier votre affirmation avec celle de l’apotre Jacques? Ne soyez pas nombreux à vouloir devenir des enseignants car, vous le savez, mes frères et sœurs, nous serons jugés plus sévèrement. 2En effet, nous trébuchons tous de bien des manières. Si quelqu’un ne trébuche pas en paroles, c’est un homme mûr, capable de tenir tout son corps en bride.

    fraternellement
    Etienne

    J'aime

    • Bonjour Etienne, il me semble que vous confondez plusieurs choses: Premièrement, ‘quiconque a l’ordre d’étudier, a l’ordre d’enseigner’ n’est pas ‘mon affirmation’. C’est un texte vieux de presque 2000 ans! Deuxièmement, il éclaire la culture juive à partir de laquelle Paul parle et ne tient donc pas compte de la notion de suivance du Christ et de ses exigences. Je ne vois pas trop non plus ce que les enfants ont à voir là-dedans… J’en ai moi-même trois et je peux vous affirmer que j’ai énormément appris à travers eux. En quelque sorte, ils m’ont enseigné…
      Troisièmement, les juifs estimaient que tous les hommes étaient appelés à transmettre la parole, à être des enseignants, tous le sont-ils devenus? Non, bien sûr! C’est la même chose, me semble-t-il, ici. Lorsque Jacques parle, il me semble parler d’un rôle officiel dans la communauté.
      Peut-être que votre conception de l’enseignement est trop restrictive?

      J'aime

      • Françoise

        @ Etienne : Si je peux intervenir je dirai juste ceci : on peut, il me semble, enseigner par l’exemple. Nul besoin de parole parfois. Nous sommes « lus », ce que nous faisons, la manière dont nous agissons ou réagissons parle et atteste de quelque chose. Pas besoin de monter en chaire pour enseigner.

        Aimé par 1 personne

  17. Julien Dubi

    Si la maman et le papa passaient plus de temps à bien enseigner leur enfants selon la Parole, il y aurait moins de leader, pasteur coincé dans des questions stériles. Bien sûr que l’Eglise c’est coupée de la moitié de sa pertinence pendant presque 20 siècle en taisant la femme ! Ma maison, ma première église, merci à mon épouse d’avoir enseigné nos six garçons qui sauront agréablement recevoir des enseignements de femmes tout au long de leur vie !
    Merci Joëlle pour la pasteur, épouse et mère que tu es !

    J'aime

  18. Sébastien

    Bonjour,
    Vous dites que les femmes ne pouvaient pas enseigner car elle n’étaient pas instruite au sujet de la Torah. Dans ce cas là pourquoi Paul n’a pas étendu son interdiction aux hommes païens convertis à Christ ? Car eux aussi avaient des siècles de non instruction de la Torah. Merci de votre réponse.

    J'aime

  19. Merci Sébastien pour votre remarque. Pour y répondre, je voudrais que nous Imaginions deux païens, un homme et une femme, qui se convertissent. Les deux sont enseignés dans la Torah. Que se passe t il alors lorsque la femme entend la position de la torah en ce qui concerne les femmes ? Elle rentre dans le moule que le péché a construit. C’est cela que Paul corrige. Et cela ne concerne pas les hommes, puisque pour eux, païens ou pas, l’ordre de s’instruire était déjà là. Autre objection fréquente : c’était des païens qui ignoraient la torah. C’est vrai. Mais lorsqu’ils se convertissaient, c’était toujours là torah qui était utilisée comme support pour expliquer la venue du Christ..

    J'aime

  20. Thérèse

    Un très bon livre à lire c’est : « Et pourquoi pas les femmes » de David Hamilton. On découvre dans ce livre que Paul encourageait énormément les femmes, et ne leur interdisait pas d’enseigner. Il avait seulement interdit à une femme (sans citer son nom) d’enseigner car elle amenait la division, et au fil des traductions de la bible, cela c’est généralisé à toutes les femmes,. C’est un regard beaucoup plus juste sur les lettres de Paul, et ça fait du bien !

    J'aime

    • Merci Thérèse pour vos remarques, cependant, je ne peux être d’accord avec vous lorsque vous dites que ‘au fil des traductions, cela s’ est généralisé à toutes les femmes’. Les traductions n’ont que très peu évolué durant les siècles en ce qui concerne les passages sur les femmes. C’est plutôt un problème d’interprétation que de traduction.

      J'aime

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :