Sensibiliser

Selon les experts, il y avait une place pour les femmes évêques dans l’Église primitive

Publié par Olivia Rudgard et Victoria Ward le 12/04/2018

TELEMMGLPICT000159050954_trans_NvBQzQNjv4BqyuLFFzXshuGqnr8zPdDWXiTUh73-1IAIBaONvUINpkg
La fresque du 5ème siècle de Cerula dans les catacombes de St. Gennaro à Naples. Crédit: Channel 4

Lorsque la première femme évêque, le révérend Libby Lane, a été consacrée en 2015, « une nouvelle phase » a été annoncée dans l’histoire de l’Église Anglicane.

La législation faisait suite à des décennies d’argumentations sur l’ordination des femmes toujours aussi controversée. Les universitaires prétendent aujourd’hui qu’une fresque découverte dans des catacombes italiennes prouve l’existence d’évêques féminins dans l’Église primitive.

L’image d’une femme appelée Cerula datant du 5ème siècle a été trouvée dans les catacombes de San Gennaro à Naples. Elle est présentée entourée d’évangiles enflammés qui symbolisent le rôle d’évêque.

Les universitaires affirment que cette découverte est « incroyablement importante ». Elle prouve que des femmes avaient des rôles de grande responsabilité dans l’Église primitive. Il se pourrait que des millions de personnes doivent repenser les origines de leur foi.

Ces découvertes seront présentées lors d’un programme qui passera sur Channel 4 le week-end prochain, programme qui suggère également que Jésus avait plus de disciples féminins que ce que l’on pensait de prime abord.

 

TELEMMGLPICT000159050949_trans_NvBQzQNjv4BqyuLFFzXshuGqnr8zPdDWXiTUh73-1IAIBaONvUINpkg.jpeg
Helen Bond & Joan Taylor. Crédit: Channel 4

Les biblistes Helen Bond et Joan Taylor ont visité les catacombes de Naples où les chrétiens enterraient leurs morts au début du 3ème siècle et qui ornaient les murs de fresques.

Les peintures, cachées pendant 1000 ans, ont été redécouvertes en 1971 et ont été récemment restaurées. Cerula a été peinte à la fin du 5ème ou début du 6ème siècle et est présentée en position de prière, les mains levées, avec le symbole du Christ (chi-rho) au-dessus de sa tête.

Mais surtout, elle est entourée de quatre évangiles ouverts ce qui suggère qu’elle avait une réelle influence et une responsabilité importante.

Dr. Ally Kateusz, une experte en art chrétien l’annonce :

C’est vraiment extraordinaire, parce que les évêques sont associés aux évangiles. Les évêques étaient les seuls représentés avec des évangiles ouverts placés au-dessus de leur tête durant le rituel d’ordination. Les flammes du Saint-Esprit sortaient des évangiles et inspiraient les évêques dans leur prédication.

TELEMMGLPICT000159050968_trans_NvBQzQNjv4BqNJjoeBT78QIaYdkJdEY4CnGTJFJS74MYhNY6w3GNbO8.jpeg
Regardant l’évidence des disciples féminins du Christ. Crédit: Channel 4

Dr Luca Badini, directeur de la recherche à l’institut de recherche catholique de Vijngaards dit que rien de tel n’avait été découvert jusqu’à aujourd’hui.

Il s’exprime pour le Sunday Telegraph :

« Nous savions que des femmes évêques prêchaient à cette période mais nous n’en avions que très peu de preuves. Il y a encore des personnes qui argumentent sur la base de la tradition en disant qu’ils ne peuvent pas ouvrir le ministère aux femmes parce que ça n’a jamais été fait auparavant. Bien sûr, cela n’est pas vrai. »

Helen Bond remarque que la fresque est tardive mais ajoute: « ces femmes évêques ne venaient pas de nulle part, il y a une histoire en arrière-plan qui remonte jusqu’aux premières personnes qui suivaient Jésus. »

Elle ajoute : « Tout appel à un précédent historique qui dit que Jésus n’a pas choisi de femme est clairement faux. »

Selon elle, ce sont les Églises locales qui ont fait cesser la prédication des femmes et cette décision a été adoptée de manière plus large par la suite.

TELEMMGLPICT000159050957_trans_NvBQzQNjv4Bqxo0KJGby92c-_Yw_TAt5VmuVQ2xSTrrDgpZPZTrFNHM

Le révérend Ian Paul, un exégète du Nouveau Testament et membre du conseil de l’archevêché de l’Église anglicane dit qu’il est « relativement peu probable » qu’il y ait eu des femmes évêques au 5ème siècle puisqu’il n’y a pas de preuve écrite. Il ajoute :

« l’image de Cerula est importante pour plusieurs raisons : le symbole Chi-Rho au-dessus de sa tête, les évangiles ouverts avec des flammes, la position de ses ‘saintes mains’ élevées en prière.

« Il y a des similarités avec les trouvailles catacombes de Priscille à Rome (3ème siècle) mais là la figure féminine porte aussi une écharpe, l’habit religieux de la prêtrise. Cerula n’en porte pas, donc même si elle est clairement une personne influente, il me semble peu probable qu’elle soit prêtre ou évêque. Nous n’avons pas de preuves écrites que des femmes aient une telle responsabilité à cette époque.

 » La pratique patristique est importante pour les catholiques romains puisque la tradition a de l’autorité pour l’Église contemporaine. En tant que protestant (et ancien catholique romain), j’accorde plus d’importance à ce que dit le Nouveau Testament puisque c’est ce qui forme une Église ‘apostolique ‘.

« Dans Romains 16.7, Saint Paul mentionne un couple, Andronicus et Junia qui sont des apôtres remarquables, donc Paul ne semble avoir aucun problème à ce que des femmes exercent des ministères apostoliques dans l’implantation d’Église et dans l’enseignement.

TELEMMGLPICT000159050947_trans_NvBQzQNjv4BqNJjoeBT78QIaYdkJdEY4CnGTJFJS74MYhNY6w3GNbO8.jpeg
Dans les catacombes. Crédit: Channel 4

« Mais je vois dans ce texte, la même tension entre la pratique de l’Église primitive et la tradition tardive. Pendant longtemps, le nom féminin Junia a été changé en sa version masculine Junias. Le but était de cacher l’éventualité qu’il puisse y avoir eu une femme parmi les apôtres et cela malgré l’absence complète de preuves textuelles, ou du nom Junias dans un autre contexte.

« Ailleurs dans ses écrits, Paul traite les femmes et les hommes de manière égale en tant que proclamateurs de l’évangile apostolique – comme Marie qui a été la première à annoncer la résurrection de Jésus aux douze le matin de Pâques. Cela soutient l’idée que les femmes peuvent exercer un ministère d’autorité dans l’Église aujourd’hui. »

Dr. Badini mentionne une seconde fresque présente dans le même lieu, sur laquelle figure une femme évêque appelée Bitalia. La fresque n’est pas aussi bien préservée mais on y retrouve des symboles similaires.

Il dit que la datation de leur création est importante car elle précède une lettre envoyée par le Pape Gelasius à l’évêque d’Italie du Sud à la fin du 5ème siècle où il se plaignait que des femmes agissaient en tant que ministres et officiaient aux autels sacrés.

Suite à cela, le pape a demandé à ce que ces femmes cessent leur travail et les rôles de femmes responsables ont été radiés.

Source de l’article: https://www.telegraph.co.uk/news/2018/03/31/early-church-found-place-female-bishops-experts-claim/

Traduction: Servir ensemble

 

 

 

3 comments on “Selon les experts, il y avait une place pour les femmes évêques dans l’Église primitive

  1. Ping : Pourquoi l’apôtre Paul ne permet-il pas à la femme d’enseigner (1 Tim 2.12)? – Servir Ensemble

  2. Ping : ¿Por qué el apóstol Pablo no permite que la mujer enseñe (1 Tim 2:12)? | Evangelizadoras de los apóstoles

  3. Claire Poujol

    «  »Les universitaires affirment que cette découverte est « incroyablement importante ». Elle prouve que des femmes avaient des rôles de grande responsabilité dans l’Église primitive. Il se pourrait que des millions de personnes doivent repenser les origines de leur foi. » »
    Je pense que peut-être Dieu permet ces découvertes afin que l’on revienne tout simplement à sa parole.

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :