Témoignages

Marie-Noëlle Yoder , pasteure

Marie-Noëlle Yoder est pasteure. Une des membres fondatrices de notre blog a été récemment consacrée dans l’Église évangélique mennonite du Sonnenberg. Voici le témoignage qu’elle a donné lors du culte de sa consécration. Toute l’équipe de « Servir Ensemble » en profite pour lui témoigner son affection et sa joie quant à cette nouvelle étape !

Comment suis-je arrivée aujourd’hui à ce jour de consécration? Un texte biblique résume bien ce qui s’est passé.

« J’ai (Paul) mis la plante en terre, Apollos l’a arrosée, mais c’est Dieu qui l’a fait croître. » 1 Corinthiens 3.6

Beaucoup de personnes ont apporté quelque chose à mon cheminement. Mais pris isolément, chaque chose ne suffit pas à expliquer le fait que je me tiens devant vous. Cela est l’œuvre de Dieu.

En réfléchissant à ce moment de consécration, j’ai eu l’image de la stalactite et de la stalagmite. Les stalactites et les stalagmites se forment en 4 étapes.

1. L’eau s’infiltre dans le sol / L’eau goutte du plafond de la grotte / et s’écrase sur le sol

Cette étape est assez mystérieuse. Dieu est à l’œuvre et il arrose d’une manière toute particulière. La vie nous apporte de l’eau de partout :

  • l’eau des circonstances et des événements
  • celle des paroles prononcées et celles qui ne l’ont pas été
  • l’eau des rencontres avec divers personnes.

La présence de Dieu se niche partout, comme du calcaire qui se dépose et laisse une trace lorsque l’eau ruisselle.

J’ai grandi dans une famille qui aime Dieu et son Église. Pour de nombreuses personnes, mes parents, mes grands-parents et d’autres avant eux, la vie de service était centrale. Les gouttelettes que je percevais enfant venaient jusqu’à moi, mais elles s’écrasaient sur le sol. Bien sûr elles contenaient du calcaire, mais si peu … et pourtant. Ces gouttelettes imparfaites et insignifiantes m’ont montré que le Seigneur et son corps ici présent étaient dignes d’être servis. Elles ont posé une première couche, invisible et imperceptible, mais qui ont posé une base, une fondation.

2. La stalactite s’allonge vers le bas / tandis que la stalagmite s’élève

D’autres événements ont laissé du calcaire dans ma vie : ma rencontre avec Dieu puis mon baptême à 18 ans durant lequel je me suis engagée à le servir de la manière dont il le souhaiterait, sans trop savoir à quoi m’attendre.

J’ai fait des études d’éducatrice spécialisée, puis de thérapeute familiale et conjugale, puis de théologie. Le calcaire se fixait petit à petit et l’appel du Seigneur prenait davantage de place dans ma vie.

Il y a 10 ans, j’ai commencé à enseigner au Centre de Formation du Bienenberg. Cet « emploi » est rapidement devenu un ministère et le service pour l’Église prenait toujours plus de place. Je ne savais pas trop quoi en penser, et mon mari Gabriel m’avait prévenu qu’il ne voulait pas être le mari de la pasteure.

En 2013, le jour de Pâques, Gabriel et moi étions tous les deux au culte à l’Église protestante de Besançon lors d’un week-end en amoureux. Une femme, pasteure, nous a accueillis et a célébré le culte. J’étais tellement secouée que j’ai peiné à aller la saluer à la sortie. Pendant plus d’une heure, Gabriel et moi sommes restés sur le banc devant l’Église. Je n’arrivais plus à parler, ni à expliquer pourquoi j’étais si touchée.

J’avais reconnu dans l’appel de cette mère de famille, l’appel que je sentais en moi. Pour la première fois j’arrivais à le nommer : « pasteure ».

Comme Marie de Magdala et comme Emmanuelle Seyboldt, cette femme pasteure qui est aujourd’hui présidente de l’Église protestante unie de France, je brûlais moi aussi de désir de proclamer la résurrection. Moi aussi, tout comme elles, je voulais accompagner l’Église sur son chemin avec le Christ. Ce jour-là une bonne couche de calcaire s’est déposée dans ma vie et la stalagmite s’est élevée. Gabriel était là avec moi et a vu qu’il se passait quelque chose d’extraordinaire dans la réalisation de mon appel. Depuis ce jour, c’est devenu une évidence pour tous les deux. J’étais appelée au ministère pastoral, pourtant c’était il y a 8 ans et bien de l’eau a encore coulé depuis.

J’avais entendu l’appel du Seigneur en rencontrant cette pasteure mais où étaient les autres femmes de mon âge impliquée dans ce ministère et qui brûlaient de la même passion ?

Mes collègues du Bienenberg sont des hommes

mes profs étaient majoritairement des hommes

mes copains d’étude de théologie étaient aussi majoritairement des hommes.

Je me suis mise en recherche et j’ai croisé la route de nombreuses femmes dont Joëlle Razanajohary. Ensemble nous avons créé le présent blog qui parle de cette nécessité de servir ensemble – hommes et femmes – le Christ et son Église.

6 autres femmes pasteures et théologiennes se sont jointes à nous, puis des hommes et des femmes. « Servir Ensemble » est aujourd’hui une association d’une 50 aine de personnes. Tous et toutes avec le même désir de servir Christ et l’Église ensemble. Grâce à l’association « Servir Ensemble » j’ai rencontré tout un tas de femmes de mon âge qui servent Dieu dans différents ministères. Cela m’a aidé à m’affermir dans l’appel que le Seigneur m’adressait.

3. La stalactite « tombe » / La stalagmite « monte »

Depuis 10 ans j’enseigne et je prêche dans les Églises mennonites et plus largement dans les Églises issues du protestantisme, mais l’Église est d’abord quelque chose qui se vit au niveau local, avec les sœurs et les frères qui cheminent avec nous. Si l’appel du Seigneur était clair il y a 8 ans, le temps n’était pas venu pour m’engager dans le ministère tel que je le fais aujourd’hui. L’appel était clair mais mes enfants étaient trop petits, la communauté était trop loin et j’avais encore besoin de temps de formation, de maturation.

4. Stalactite et stalagmite se rejoignent et forment une colonne.

Il y a bientôt 2 ans, nous avons déménagé à Tramelan (BE, Suisse) et l’appel que j’ai reçu de Dieu a rencontré le terreau dans lequel je peux et je veux servir. L’invitation de l’Église du Sonnenberg à participer aux réunions de l’équipe pastorale a rejoint l’invitation du Seigneur que je reconnaissais dans ma vie.

De nombreuses gouttelettes me font dire aujourd’hui que le Seigneur a bien guidé les choses et qu’il continuera à le faire : les expériences passées, les rencontres, les paroles entendues, les livres étudiés, m’ont préparé à dire oui aujourd’hui à la communauté du Sonnenberg. Je réalise que notre bref passage dans cette communauté il y a 14 ans avec notre nouveau-né avait déjà suscité de l’amour pour cette communauté. L’apprentissage du suisse-allemand au Bienenberg quand j’étais enfant était une fine couche de calcaire qui m’a préparé à une présence dans cette communauté bilingue. Le temps est mûr pour que je m’y engage formellement à travers ce ministère.

4 étapes

Quatre étapes sont décrites ici mais en réalité elles étaient bien plus nombreuses. Elles étaient toutes nécessaires pour que je puisse entendre l’appel de Dieu et pour que je puisse y répondre et être devant vous aujourd’hui. Mais ce qui compte ce n’est pas tellement ce que j’ai vécu mais plutôt ce que Dieu a fait. Sans lui, toutes ces bribes de calcaires ne seraient qu’un peu de poussière. Je crois que c’est lui qui a alimenté cette eau et c’est lui qui a construit cette colonne dans ma vie, pour le service de son Église : ce qui m’a été donné, et ce que j’ai laissé croître.

Je souhaite que mon passage à l’Église évangélique mennonite du Sonnenberg soit empreint de la bienveillance de Dieu. Lui qui fait chaque chose bonne, en son temps.

« Ainsi celui qui plante et celui qui arrose sont sans importance : seul Dieu compte, lui qui fait croître la plante. » 1 Corinthiens 3.7

Marie-Noëlle Yoder est pasteure dans une Église mennonite et enseignante en théologie pratique et en éthique au centre de formation du Bienenberg (Suisse).

6 comments on “Marie-Noëlle Yoder , pasteure

  1. mholdsworth83

    Merci pour ce beau témoignage encourageant et ce partage! Et bonne continuation à Marie-Noëlle dans cette nouvelle étape!Marie

  2. Claire Poujol

    Chère Marie-Noëlle, je suis touchée et émue par votre magnifique témoignage ! Soyez bénie dans votre ministère et dans votre famille !

  3. Marie-Rose

    Bonsoir Pasteure Marie-Noëlle,

    on ne peut que se réjouir de votre consécration au ministère !
    Oui, « Dieu fait de belles choses en son temps » et nous surprend toujours.
    Un grand merci aussi à votre époux qui par son amour et intelligence spirituelle
    a pu dépasser les préjugés pour vous aider à réaliser votre vocation profonde.

    C’est une victoire pour Dieu et pour son église, pour votre famille de génération
    en génération, pour vous personnellement, et pour nous tous et toutes qui
    soutenons le site servir-ensemble
    Soyez richement bénis en retour et encouragés par nos prières.

  4. Ping : À ne pas manquer ! Soirée Zoom avec Valérie Duval-Poujol – Servir Ensemble

  5. Ping : « La Bible est-elle sexiste ? » Le replay est disponible ! – Servir Ensemble

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :