A la une

Et pourquoi pas les femmes? #lupourvous

Deux missionnaires de Jeunesse en Mission (JEM) ont co-écrit le livre « Et pourquoi pas les femmes? »:

  • Loren Cunningham, fondateur de JEM, a 40 ans d’expériences. Il a encouragé des centaines de milliers de personnes au ministère, dont un très grand nombre de femmes.
  • David Hamilton est auteur d’une thèse sur les passages difficiles relatifs au ministère des femmes. Il maîtrise l’hébreu et le grec et est également missionnaire avec JEM.

Un rêve pour le XXe siècle

Ce livre produit dans les milieu évangéliques charismatiques est construit sur deux thèses:

  • Celle d’un réveil spirituel incluant tout le monde, selon Joël 3.1-2 (« Après cela, je déverserai mon Esprit sur tout être humain ; vos fils et vos filles prophétiseront, vos vieillards auront des rêves, et vos jeunes gens des visions. »). Cela inclue donc les femmes!
  • Une génération permettant aux femmes de rentrer dans le plan de Dieu pour elles, sans restriction.

Mais pour cela, il faut aller là où va l’Esprit, et se laisser porter, ce qui reste difficile pour les anciennes générations.

Il faut également connaître la stratégie du serpent (Gn 3) contre la femme.

La stratégie du serpent

  • Attaque contre le potentiel de l’Église en excluant 2/3 de ses membres
  • Attaques contre les hommes et leur ministère, à travers l’orgueil
  • Attaque contre les femmes, visant à les éliminer à détruire leur identité, par tous les moyens.
  • Attaque contre le caractère de Dieu, déformé par l’attitude des responsables chrétiens
  • Attaque contre l’image de Dieu, en détruisant les relations hommes/femmes, donc son image, en donnant aux femmes le rôle le plus important à 3 moments déterminants :
  1. Lors de sa venue (Marie est la 1ère avertie, ce qui bouleverse la culture ambiante)
  2. Lors de sa consécration (il est oint par 2 femmes)
  3. Lors de sa résurrection (il se montre en 1er à une femme)

Les femmes ont également joué un rôle clé dans les réveils ou dans l’expansion des Églises. Finney, Moody, Booth ont largement ouvert les portes aux femmes.

A l’instar de Lazare, enfermé et entouré de bandages avant sa résurrection, il est temps de libérer les femmes de leurs bandages culturels, alors que Jésus les en a délivrées il y a 2000 ans.

Comment s’y prendre?

Il faut travailler sur des présupposés valides, et corriger ceux qui ne le sont pas.

Oublie-t-on que des habitudes sociales injustes et non condamnées explicitement par la Bible ont pris fin après des siècles, voire des millénaires (esclavage, polygamie, travail des enfants, etc…) ?

Ce sont la plupart du temps des chrétiens qui ont eu un impact décisif là où bien souvent des instances religieuses mettaient des freins ! Les principes de la libération avaient été posés par l’Éternel, par Jésus et par Paul dès les origines. Ils n’ont été appliqués que bien plus tard. Dieu avance au rythme de l’humanité, il peut la bousculer si elle traîne, mais il lui demande d’écouter le St-Esprit qui la guide et l’enseigne.

Quant aux femmes, elles ont joué un rôle essentiel pour l’Évangile.

Lydia a ouvert l’Europe et des femmes ont été à l’origine de nombreux ministères masculins. Le mouvement des droits des femmes provient lui-aussi des réveils du XIXe siècle.

Il va donc falloir discerner les vérités absolues et les affirmations relatives, pour éviter de tomber dans le légalisme ou le libéralisme. Pour cela 2 clés sont nécessaires:

  • La connaissance personnelle de Dieu
  • L’utilisation de l’Écriture pour comprendre les Écritures

Il est nécessaire de garder en tête le principe de l’égalité, de se poser les bonnes questions et de laisser le St-Esprit répondre. ll est également nécessaire de tenir compte des différents dons (naturels, spirituels, ministères) accordés à chacun et chacune d’entre nous.

Tenant compte de tout cela, qui sommes-nous pour nous opposer à Dieu concernant les femmes ? Déborah, Myriam, Phoebe, Junia n’avaient-elles pas des fonctions d’autorité ?

L’histoire de ce monde n’en a-t-elle pas donné ? Alors pourquoi des femmes aujourd’hui ne pourraient pas avoir un appel puissant pour servir l’Église ?

Dans la Bible

  • Des femmes prophètes (Houlda, Anne, les femmes parmi les 120) ont eu un rôle clé
  • Des femmes enseignantes (Priscille, la mère du roi Lémuel, la mère et la grand-mère de Timothée). 886 versets ont été écrits par des femmes !
  • Des femmes ont évangélisé, souvent sous l’impulsion de Jésus !

Si elles ne sont pas plus sujettes aux fausses doctrines que les hommes, en revanche les fruits obtenus quand elles sont enseignées sont impressionnants (Par exemple l’Église de Yonggi-Cho, le ministère de Watchman Nee, etc.).

Les vrais hommes libèrent les femmes !

Regardons à nos racines

Nous sommes héritiers de la culture gréco-romaine.

  • Tout d’abord, les femmes ont été les filles de Pandore (punition de Dieu), puis de Vénus (objets sexuels et de débauche), oubliant qu’elles étaient celles d’Eve (égales à l’homme).
  • La culture gréco-romaine dans toutes ses strates a haï et méprisé les femmes. Le poison a été instillé à travers les arts, la politique, les sciences.
  • Leur statut était comparable aux esclaves, chiens et chevaux, si on écoute Cicéron !

A l’inverse, Dieu présente Eve comme ayant été créée à l’égale de l’homme, une aide indispensable pour servir à ses côtés , et une valeur telle que l’homme doit tout quitter pour s’attacher à elle !

L’homme et la femme ont une destinée tragique commune, pour qui Dieu a une espérance commune.

Puis les rabbins ont sciemment déformé l’image des femmes, les ont reléguées à un niveau très inférieur, les couvrant à leur tour de haine et de mépris. Des ponts ont ensuite été posés entre leurs concepts et les concepts gréco-romains, à travers Philon d’Alexandrie, dont les enseignements sont encore utilisés par des responsables d’Églises et des théologiens !

Jésus est venu

  • Il les a accueillies, montrées en exemple, enseignées, remises au niveau des hommes, invitées à être baptisées, envoyées.
  • Il a eu des discussions théologiques profondes avec certaines
  • Il a recadré les lois relatives aux femmes

Jésus a aboli des limites que nous avons rétablies.

Paul est venu

  • Paul est venu bousculer les codes en place, notamment le code domestique. Il faut relire Eph. 5.15-23 tel qu’il a été écrit par Paul pour comprendre combien ce texte est révolutionnaire pour les femmes. Elle redevient une partenaire de valeur, et non plus une possession.
  • Il attaque l’infâme prière juive, le beraka, et à travers Gal. 3 :28, rappelle ce que Dieu veut et ce que Jésus est venu briser.
  • Corinthe est l’Église où les relations hommes/femmes sont le plus évoquées. L’Église a été fondée par Paul, Priscille et Aquilas, dans une ville symbole d’idolâtrie, de cultes orgiaques et de débauche.
  • Priscille semble y avoir joué un rôle important, et Paul cite d’autres femmes telles que Chloé, Phoebe, que Paul recommande, et Stephanas, qui pourrait avoir été une femme.
  • Le mariage est revu sous un angle de soumission mutuelle, et Paul redonne également une identité propre aux femmes célibataires, leur ouvrant des perspectives spirituelles sans restrictions.

Paul se contredit-il quant à l’autorité? Qu’en est-il du terme Képhalé?

Ce terme signifiant tête, est généralement traduit par « chef », mais peut également être traduit par « source », ce qui rend le texte plus cohérent. Plusieurs indices semblent le montrer, et rappeler que l’image de Dieu c’est l’homme ET la femme.

La tenue dans l’Église

Il s’agit de la tenue des hommes et des femmes dans le cadre d’un ministère public. Et Paul laisse la porte ouverte par sa question en 1Co 11-13.

Il réaffirme encore la valeur des femmes, en écrivant quelle est la gloire de l’homme, sous-entendu de celle de Dieu également.

La création de l’homme n’a été TRÈS BONNE qu’après la création de la femme !

Le silence

Pour bien interpréter ce passage, il faut tenir compte de 1 Co 11, du texte original (sans ponctuation), et du fil conducteur qui est l’ordre dans l’Église pour l’édification commune à la proscription des interdictions. Cet ordre correctif, montre que Paul défend le ministère des femmes, et donne également la responsabilité aux maris quant à l’instruction de leurs épouses (O Révolution !)

L’enseignement

  • Timothée est dans l’église d’Éphèse, ville qui est le centre mondial de cultes orgiaques
  • L’Église est touchée à la fois par des persécutions à l’extérieur, et des hérésies à l’intérieur.
  • Paul pose les bases : le rêve de Dieu pour TOUS !
  • Puis il s’adresse à chacun, et semble-t-il à une femme en particulier en 1 Tim 2 :11-15, probablement un faux docteur.
  • A travers cette femme, et ce qu’il préconise, Paul rappelle que lors de la chute la femme a été trompée, pas l’homme… qui a péché en toute conscience !
  • Il met donc en parallèle cette femme avec Eve. Mais il ne proscrit à aucun moment le ministère des femmes. Il démontre une fois encore toute son attention pour l’éducation des femmes.

Le chapitre 3 décrit les qualités requises pour la charge de responsable d’Eglise ouvre également les portes aux femmes.

Conclusion

  • David Hamilton, s’appuie sur la Parole de Dieu et invite à la repentance et à la restitution aux femmes de la place que Jésus leur a donné.
  • Loren Cunningham, fort de ses 40 années d’expériences, appelle à libérer les femmes. Il les invite à répondre à l’appel de Dieu sur leur vie.

Frères et sœurs, que ferons-nous ?

Dominique Montefia est responsable d'une librairie chrétienne sur Nice et travaille également dans une autre, les 2 représentant les différentes dénominations sur Nice et Cannes. Egalement engagé dans la relation d'aide, via son association GRACE, il est impliqué dans des séminaires de réconciliation et de guérison en Afrique, sur les lieux de génocides, viols et autres conflits meurtriers. La place des femmes a pour lui une importance capitale, conscient que l'armée de Dieu est amputée depuis toujours de la moitié de ses combattantes.

4 comments on “Et pourquoi pas les femmes? #lupourvous

  1. Jean-Marc Pilloud

    Un livre qui dépasse le clivage église et mission concernant les ministères féminins et qui nous invite à une vision globale

    Aimé par 1 personne

  2. Claire Poujol

    Merci Dominique pour ce résumé intéressant de ce livre ! Cela nous donne l’occasion de faire connaissance. Bonne continuation avec vos deux librairies. Soyez beni !

    J'aime

    • Dominique Montefia

      Merci pour votre commentaire. J’espère que nous pourrons un jour faire connaissance en live 😉. Soyez bénie également pour tout ce que vous faites

      J'aime

  3. Marc Burnod

    Je viens de découvrir l’existence de ce livre, que j’ai aussitôt commandé car il me semble coïncider exactement avec ce que le Saint Esprit est en train de préparer en ce temps très particulier.

    De nombreux signes convergents montrent en effet que le Seigneur entreprend en ce moment la restauration fondamentale de son Eglise, sur les solides bases scripturaires que contient en particulier le Nouveau Testament Et la réhabilitation de la juste place dans femmes dans l’Eglise et la société humaine en est un élément très important.

     » Dieu avance au rythme de l’humanité, il peut la bousculer si elle traîne, mais il lui demande d’écouter le St-Esprit qui la guide et l’enseigne », est-il écrit dans la présentation de ce livre quelques lignes au-dessus. La crise sanitaire actuelle est l’un de ces moyens par lesquels notre Père des cieux nous « bouscule » avec toute sa pédagogie aimante et ferme, et il semble effectivement essentiel de réapprendre à l’écouter ! Je suis pour ma part convaincu que « servir ensemble » va aller bien au-delà de l’accueil des femmes dans l’exercice de ministères spécifiques d’autorité et d’enseignement, pastoraux et autres, et va manifester à nouveau le plein exercice du sacerdoce universel de la totalité des membres du Corps de Christ qu’est l’Eglise. Comme cela était le cas dans les communautés des premiers siècles de l’Eglise, où TOUS les croyants, hommes et femmes, juifs et non juifs, riches et pauvres, jeunes et anciens, esclaves et citoyens libres, étaient appelés à accueillir et partager les dons et services confiés par l’Esprit « pour le bien commun » , dans la réciprocité du service (« les uns les autres ») et pour la croissance spirituelle des chrétiens et de leurs communautés, ainsi que pour leur témoignage commun.

    Alors à la question: « frères et soeurs, que ferons-nous « , une des réponses possibles me semble être de nous mettre à nouveau très sérieusement à l’écoute de l’Esprit, pour nous laisser conduire à redécouvrir ce que nous enseigne la Parole de Dieu au sujet de la vie de l’Eglise, telle qu’elle nous est décrite au fil de ses pages. Et en acceptant les très nombreuses remises en question, même inconfortables, de beaucoup de nos schémas de pensée et traditions, car c’est le processus habituel de toute intervention réparatrice de notre Dieu dans l’histoire d’Israël, puis de l’Eglise ! Oeuvre de purification, d’épuration, de sanctification, abondamment annoncée dans de nombreux textes de l’Ancien comme du Nouveau Testament, car le Seigneur tient toujours avec la même rigueur à ce que « sa Parole ne retourne pas à lui sans avoir produit ses effets et accompli sa volonté » ! Il aime trop l’humanité et son Eglise pour ne pas intervenir avec toute sa tendre autorité lorsque c’est nécessaire… comme en ce temps exceptionnel où tant d’urgences évidentes sont présentes !

    Merci à Servir Ensemble d’y contribuer avec courage et persévérance, enracinés dans la Parole de Vie !

    J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :