A la une

Pour en finir avec le « ministère féminin »

Le sujet du rôle des femmes dans l’Église, de ce qu’elles peuvent y faire, de ce qu’on leur demande, ou pas, est couramment résumé par cette expression : les « ministères féminins ». Je trouve cette expression maladroite.

Plus précisément, elle instille l’idée, occurrence après occurrence, sous-titre après nom de dossier, qu’il existe des ministères féminins et d’autres masculins. Que les femmes sont censées faire ceci, et les hommes cela. Et surtout que les femmes ne sont pas censées remplir certains ministères dans l’Église, réservés aux hommes, notamment la prédication et la charge pastorale.

C’est certes la position maintenue par un nombre important de personnes dans nos milieux évangéliques.

Mais d’autres personnes, dont le nombre est loin d’être négligeable, pensent comme moi qu’hommes et femmes peuvent remplir tous les ministères dans l’Église, pour autant que l’Église leur en reconnaît les capacités spirituelles et humaines.

Par exemple, une personne a visiblement un don de prédication ? Que ce don soit discerné par l’Église, et mis au service de la communauté, que ce soit par un homme ou par une femme.

A lui seul et par sa persistance, ce titre des « ministères féminins » témoigne d’une difficulté trop fréquente de libérer l’esprit de ses a priori.

A son écho, on commence à réfléchir aux fonctions des femmes dans l’Église en posant comme principe qu’elles ont les leurs et que les hommes ont les leurs. Ce titre ne laisse pas la place aux tenants d’une thèse différente. Est-ce ainsi qu’il faut procéder à l’exégèse biblique, d’autant plus si les textes sont difficiles ?

Pourtant, la solution serait simple, à mon avis. Nous avons vu que de dire « ministères féminins » donne l’idée qu’il existe des ministères spécifiquement féminins, remplis par les femmes parce qu’elles sont des femmes. L’expression « ministères des femmes » serait moins orientée et moins restrictive : on y comprend que les femmes prennent leur part dans les différents ministères exercés dans l’Église.

Je joue sur les mots ? Que non : c’est très souvent à ce prix que l’on prend conscience des choses, dans le débat touchant au sexisme et au féminisme.

Poursuivons l’effort de neutralité en disant : « Les femmes et les ministères ». Dans ce cas, au moins, la réponse n’est pas dans la question.

Je plaide donc pour que l’on préfère « Les femmes et les ministères », par exemple, à « Les ministères féminins » pour désigner cet indispensable débat à poursuivre dans nos Eglises.

Jean-Marc BELLEFLEUR

Pasteur des Eglises baptistes de Mulhouse et Saint-Louis, auteur de Hommes et femmes dans l’Église (Excelsis, 2018). Le préambule de ce livre a été publié sur notre blog.

servirensemble.com est le fruit de différents auteurs et c'est la richesse de ce blog. Vous trouverez le nom de cet auteur à la fin de l'article. Vos contributions sont les bienvenues, contactez-nous!

1 comment on “Pour en finir avec le « ministère féminin »

  1. M.Rose

    COUP DE TONNERRE dans le vocabulaire, coup de pied ds les stéréotypes !
    C’est simple, mais il fallait y penser ! Un mot peut aider à tout changer.
    Merci à vous pasteur J.M.Bellefleur,

    J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :