Progresser en Église

L’écoute active dans tous ses états – 3/4 par Philippe Schwab

Muscler notre motivation et notre capacité à mieux écouter : c’est l’objectif, rappelons-le, de cette série d’articles. Avec, en arrière-plan, une vision idéale : voir dans nos églises en particulier de plus en plus de personnes qui croient en la puissance de l’écoute active et qui la pratiquent !

Quel que soit le ministère que nous exerçons à l’Église, peu importe que nous sommes homme ou femme, nous avons tous besoin d’être écouté(e) et de progresser dans notre qualité d’écoute.

haltero

Dans l’article précédent (lien vers les articles précédents en fin de cet article), nous avons séquencé les caractéristiques ADN de l’écoute active, en zoomant en particulier sur la qualité de présence à soi et à l’autre et sur les niveaux d’écoute, et fait un tour d’horizon biblique sur le sujet.

Ce 3ème et avant-dernier article sur le sujet de l’écoute active a un double objectif :

identifier les obstacles matériels et psychologiques à une écoute active
• inventorier les différentes réactions révélatrices d’une écoute pas ou peu active

Les conditions d’épanouissement d’une écoute vraiment active…

Peut-on être systématiquement dans une qualité d’écoute au point que celle-ci soit active ? La réponse est sans doute non tant les variables sont nombreuses. Certains facteurs, de fait, facilite ou perturbe notre écoute, y compris nombre de points évidents pleins de bon sens !

Le cadre.
Des détails qui n’en sont pas : le confort de l’endroit, l’éclairage et la température !
Le cadre doit idéalement offrir confidentialité et calme et favoriser une proxémie adaptée (distance entre l’écoutant(e) et l’écouté(e)).

La disponibilité.
Celle-ci se décline à la fois en terme de temps et d’espace personnel : suis-je distrait(e) ?

Le niveau d’énergie disponible.
La fatigue et le stress perturbent évidemment notre écoute car requièrent une énergie d’adaptation qui est perdue pour l’écoute active ; pas de quoi se culpabiliser, c’est humain !

La qualité de communication.
Écouter activement ok, mais comment faire lorsque l’interlocuteur a une communication verbale (contenu confus) et vocale (voix trop basse, mal articulée) difficiles à suivre ?

L’état d’esprit.
En tant qu’écoutant(e) – rappel : nous sommes tour à tour écoutant(e) et écouté(e) – mon état d’esprit influence considérablement ma qualité d’écoute. Puis-je être dans l’ouverture, c’est-à-dire me préparer à accueillir l’autre sans préjugé ni peur anormale d’être déçu(e) ? Est-ce que je me sens en sécurité ou ai-je peur, en écoutant, de devoir « gérer » par exemple une expression d’émotions qui me mettra mal à l’aise ? Est-ce que je m’autorise à lâcher prise plutôt que d’avoir le sentiment de tout contrôler ?

Écouter ne m’impose par exemple pas d’avoir des solutions – une tentation à laquelle nous sommes peut-être particulièrement vulnérable en tant que pasteur(e) – même si la situation partagée par mon interlocuteur(trice) crie « au secours » !

Bon, on (se) teste ?

– « Chéri, je suis fatiguée…”. Cette phrase pourrait aussi très bien être adressée à un collège ou quelqu’un qui travaille dans le même service que nous à l’Église.
– …

Comme promis, je reviens sur cette courte phrase, présente dans le précédent article.
Suspense, suspense : quelle va être la première réaction de votre conjoint ? Notre collègue ? Notre équipier ?
S’il n’est pas encore un champion de l’écoute active, voici les réactions possibles :

Réaction A : « Secoue-toi, fais du sport, couche-toi plus tôt et ça ira mieux ».
Allez-vous avoir l’impression d’avoir été écoutée ? Non, car cette phrase est en mode conseil, lequel sonne en plus comme un jugement.

Réaction B : « T’en fais pas, je parie que demain ça ira mieux… ».
Erreur classique ! Partant d’une bonne intention – celle d’encourager – votre conjoint / collègue / équipier nie ou à tout le moins balaye rapidement le problème.

Réaction C : « Pourquoi es-tu aussi fatiguée ? T’as trop chargé la barque ? Est-ce que tu dors mal ? Des soucis au boulot ? ».
Pas mal ! Il s’intéresse à vous mais il y a dans cette réaction la perception d’un interrogatoire qui peut être désagréable ou lourd…

Réaction D : « Moi aussi, je suis crevé ; c’est la saison qui veut ça… ».
Là, il n’écoute pas : il ramène tout à lui !

Verdict ?
Dans ces 4 réponses, il est en réaction et non en relation.

charles-rRWiVQzLm7k-unsplash

6 mauvaises façons d’écouter…

On peut ainsi classer les réactions typiques d’une écoute flop en 3 catégories :
• SUPERFICIELLE :
1. égoïsme : ramener à soi (réaction D dans l’exemple ci-dessus)
2. minimisation : bienveillance & soutien (réaction B)

• MALADROITE :
3. enquête : trop de questions ! (réaction C)
4. conseil : prématuré ? (réaction A)
5. interprétation : apprenti(e) psychologue…

• MALTRAITANTE :
6. jugement : la personne va regretter de s’être confiée !

Sûr(e) d’avoir bien compris ? Vérifions !

Une copine à vous vient vous parler de sa relation à son conjoint :
« Je te dis qu’il ne pense qu’au sexe. On dirait que la relation n’a pas d’importance pour lui, sauf au lit ! J’en ai ma claque, franchement là je me pose des questions si ça vaut le coup de continuer comme ça… J’ai l’impression d’être utilisée mais d’un autre côté, j’ai rien à lui reprocher précisément : il est gentil, façon gros nounours et il s’occupe bien des enfants… »

Réaction 1 : « Ah ben là tu parles à une convaincue ! Tiens, l’autre soir, je m’approche de mon compagnon et tu sais ce qu’il me dit ? »

Réaction 2 : « Ah, t’inquiètes pas on passe toutes par là… C’est pas très grave, dans la vie de couple, il y a des décalages normaux »

Réaction 3 : « Vous en avez déjà parlé ? Votre relation est si peu importante pour lui ? Qu’est-ce qui te fait dire ça ? Utilisée ? Ouah, t’as un exemple concret ? Gentil nounours, tu n’aimes pas ça ? »

Réaction 4 : « Peut-être que vous devriez aller voir un conseiller conjugal ou un sexologue ; j’en connais une bonne à Strasbourg… Moi, à ta place, je tarderais pas car c’est vite fait d’aller voir ailleurs lorsqu’au lit c’est pas le pied. »

Réaction 5 : « Je me demande du coup si ton sentiment d’été utilisée ne renvoie pas à ta relation avec ton père ; c’est marquant le terme utilisée que tu emploies…»

Réaction 6 : « De quoi tu te plains ? Si déjà il est gentil, qu’il s’occupe bien des enfants et que t’as rien à lui reprocher tu devrais t’estimer heureuse ! »

Ces 6 réactions illustrent, dans l’ordre du classement ci-dessus, les réactions typiques d’une écoute active qui ne l’est pas tant que ça, voire en est aux antipodes. C’est juste un point de vigilance :

ça nous arrive à tous d’adopter l’une ou l’autre de ces réactions, que ce soit dans nos relations à l’intérieur de la famille, avec des amis ou en Église !

A l’issue de cette étape 3, retenons :
• les obstacles matériels et psychologiques : quels facteurs d’influence de ma qualité d’écoute ?
• les 6 réactions typiques d’une écoute pas ou peu active.

A suivre : une conclusion à cette série de 4 articles, précédée de zooms sur l’importance de faire silence et les risques d’une mauvaise compréhension de l’empathie

Pour revenir sur la série complète:

phil 2Philippe Schwab, 49 ans, marié depuis 25 ans avec Yolande est père de 2 gaillards de 21 et 18 ans.
Diplômé de Sciences Po Strasbourg et titulaire d’un Master 2 en Finance d’entreprise, il jongle aujourd’hui entre plusieurs casquettes :
• Le cabinet PS Conseil, spécialisé dans le développement professionnel et personnel pour les particuliers et les organisations, qu’il gère depuis 16 ans avec son épouse ;
• La plate-forme de ressources « Monsieur Feedback » dédiée à la culture et à la pratique du feedback ;
• L’enseignement post-bac, orienté vente, management et communication ;
• La radio, avec l’émission bi-mensuelle Eclairages, un talk-show chrétien, pluriel et dynamique qui décrypte l’actualité.
Passionné de communication, libre et concret, Philippe aime transmettre sans tabou et avec énergie ses convictions et expériences.

servirensemble.com est le fruit de différents auteurs et c'est la richesse de ce blog. Vous trouverez le nom de cet auteur à la fin de l'article. Vos contributions sont les bienvenues, contactez-nous!

1 comment on “L’écoute active dans tous ses états – 3/4 par Philippe Schwab

  1. Ping : L’écoute active dans tous ses états – 4/4 Philippe Schwab – Servir Ensemble – un blog pour stimuler la réflexion sur la collaboration des hommes et des femmes dans l'Eglise

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :