Spiritualité

Avent l’Aurore…

Pour moi, qui dit « période de l’Avent » dit calendrier. Depuis toute petite, c’est une grande passion personnelle. Aujourd’hui encore, même adulte, je me lève chaque matin de décembre pour découvrir la case du jour. Surtout en cette année si particulière, mon thé ou chocolat du jour me met un baume au cœur, il a une saveur toute singulière, que je ne retrouve pas le reste de l’année. Mais quel est son but ? Le but du calendrier de l’avent est un décompte qui mène au jour de Noël. Si nous avions un décompte qui ne mène à aucun évènement particulier, cela n’aurait aucun sens. L’essence même de ces calendriers est d’être un Avent-goût (!) de la douceur de Noël, une annonce du jour faste qu’est le réveillon. C’est l’annonciateur (pour moi sine qua non) des festivités qui visent à célébrer la venue du Christ. Et c’est d’ailleurs même le commencement.

C’est déjà Noël à mes yeux quand, le premier décembre, je peux enfin ouvrir la première case.

Certains textes de l’Ancien Testament peuvent faire office de révélateur de cet « Avent ». Je pense, par exemple, à Esaïe 9 : 1-6 : 

Le peuple qui vivait dans les ténèbres verra briller une grande lumière : la lumière resplendira sur ceux qui habitaient le pays dominé par d’épaisses ténèbres. (…). Car pour nous un enfant est né, un fils nous est donné. Et il exercera l’autorité royale, il sera appelé Merveilleux Conseiller, Dieu fort, Père à jamais et Prince de la Paix. Il étendra sans fin la souveraineté et donnera la paix qui durera toujours au trône de David et à tout son royaume. Sa royauté sera solidement fondée sur le droit et sur la justice, dès à présent et pour l’éternité. Voilà ce que fera le Seigneur des armées célestes dans son ardent amour.

Un magnifique texte écrit en partie au présent, qui souligne la foi de l’auteur. Cet écrit, avant que sa prophétie soit réalisée, est déjà source d’espoir. Le peuple de Dieu peut dorénavant le faire sien, même si ce n’est que dans une attente pleine de joie et d’espérance. Comme c’est déjà un peu Noël pour moi lors de l’ouverture de la case tant attendue, l’espérance emplit les cœurs dans l’attente du Messie Sauveur, qui est déjà comme présent par la promesse de sa venue. Ce peuple est dans « l’Avent » du Messie. 

Et nous ? Où nous situons-nous dans cette métaphore ? En janvier ? Lumières, festivités et décorations bien rangées dans des cartons au grenier ? Le Messie est venu, plus rien donc à célébrer, à espérer ? On attend sagement son retour ? 

Non. Car nous aussi, nous avons des promesses à faire nôtres. Nous avons aussi, en tant que chrétiens, notre lot d’espérance.  

Je vais vous préparer une place. Et, lorsque je m’en serai allé, et que je vous aurai préparé une place, je reviendrai, et je vous prendrai avec moi, afin que là où je suis vous y soyez aussi. Jean 14 : 2-3.

Nous sommes appelés à préparer le retour du Christ, et vivre dans la joie par l’espoir que nous donne sa promesse comme s’il était déjà revenu. Nous sommes dans « l’avent » retour du Christ. Chaque jour est comme une case que nous ouvrons, un compte à rebours de l’ultime Noël, le retour définitif du Fils. La seule différence, c’est que nous ne savons pas combien il y a de cases avant l’ultime réjouissance. 

Comme l’avent est présent pour nous aider à préparer les grandes festivités, « l’avent du retour du Christ » est à notre disposition pour préparer sa venue. 

Car nous sommes son ouvrage, ayant été créés en Jésus Christ pour de bonnes œuvres, que Dieu a préparées d’avance, afin que nous les pratiquions. 
Éphésiens 2 : 10.

Dieu ne donne pas de promesses inutiles. La prophétie d’Esaïe était destinée au peuple de Dieu afin de mieux avancer, de mieux préparer la venue du Messie, de garder espoir. 

La promesse du retour du Christ a un but ; ce n’est pas une anecdote que le Seigneur a voulu nous glisser, au passage. C’est une révélation précieuse qui devrait être un, sinon le, moteur de notre vie.

Noël est comme l’ombre du retour ultime ; les prémices d’un évènement qui dépasse l’entendement, comme nous le voyons dans le livre de l’Apocalypse. Femmes et hommes sont appelés à « s’affairer » à la tâche. Nous devons agir dans ce monde-ci, ici et maintenant et notre temps est compté ; il est important de se lever aujourd’hui, pour mieux servir Dieu et ses promesses. 

Soyons dans les joyeux préparatifs d’une venue extraordinaire. Soyons encouragés dans le plan incroyable que Dieu a prévu pour nous : une humanité restaurée où les hommes et les femmes seront pleinement réconciliés et pourront servir librement. Soyons audacieux et audacieuses, non pas dans nos propres capacités mais dans les capacités que le Seigneur nous donne. Répondons, toutes et tous, à l’appel de notre mission, de notre vocation, préparée avec soin par le Seigneur. Servons ensemble dans cette attente du Christ à venir. 

À propos Lula Derœux

Lula Derœux est étudiante en troisième année à la Faculté Libre de Théologie Evangélique. Jeune mariée avec un pasteur de la FEEBF, où elle est également impliquée, cette native suisse a comme passion la musique, tout particulièrement le chant, le septième art et la cuisine.

1 comment on “Avent l’Aurore…

  1. Louna C.

    Beau texte et commentaire, merci Lula.
    Et en attendant son retour, puissions-nous être remplies du St Esprit pour être sel et lumière, briller comme des flambeaux, être ses témoins en France, en Suisse, en Belgique et jusqu’aux extrémités de la Terre ! JOYEUX NOEL !

    J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

<span>%d</span> blogueurs aiment cette page :