Progresser en Église

Vivre la mixité…

…au sein du conseil d’anciens 

Merci beaucoup pour ce témoignage encourageant de l’Église Baptiste de Genève (http://www.eebg.ch/) de son expérience de la mixité – de la présence enrichissante d’hommes et de femmes – dans le conseil d’anciens. Il est signé par Nordine Salmi, pasteur de cette Église. 

Quel a été le cheminement de votre Église concernant l’accès des femmes au ministère d’ancien ? 

L’Église Baptiste de Genève a été, théologiquement, dans notre union d’Églises, pionnière dans ce domaine. Le sujet de l’accessibilité de la femme au ministère d’enseignement, d’ancien a été au cœur d’études très approfondies du fondateur de l’Église.

Les conclusions de ces études ont conduit les responsables à la conviction que l’exercice de l’ensemble des ministères étaient liés aux dons communiqués par l’Esprit Saint en vue de l’édification de l’Église et non en fonction du sexe.

Mais si cette conviction a marqué, théologiquement, la vie de l’Église, sa mise en pratique ne s’est pas faite automatiquement. Ce n’est qu’au début des année 2000 que pour la première fois une femme intégrait le conseil des anciens. La nécessité d’avoir un conseil mixte est une évidence pour moi.

C’est la qualification liée à ce ministère qui a conduit le choix de l’Église. C’est toujours cette règle qui régit aujourd’hui la nomination des membres du conseil des anciens. Il ne nous parait pas biblique de nommer des personnes à des ministères sans que ceux-ci ou celles-ci, n’expriment les dons qui vont avec le service attendu. 

Il nous appartient de susciter des vocations au sein de l’ensemble de l’Église sans distinction de genre.

Les différences entre vous sont-elles plus liées à vos personnalités ou au fait que vous soyez homme ou femme ? 

Notre expérience de la mixité est relative. Nous n’avons, au sein de notre conseil d’anciens, qu’une femme au milieu de trois hommes ! Nous ne percevons pas de différences notables. Celles-ci sont liées aux personnalités plutôt qu’aux genres.

En revanche, plusieurs témoignages nous indiquent, que l’absence de femmes dans le Conseil d’anciens seraient perçue comme un manque énorme en termes de sensibilité et de représentativité.

Le fait d’avoir une femme dans l’équipe, rassure les femmes elles-mêmes. Pour nous, le fait d’avoir une équipe « mixte » nous permet d’avoir une vision plus complète de l’Église.

Comment avez-vous réparti les différentes responsabilités parmi vous ?

Les responsabilités au sein des anciens sont réparties en fonction des capacités des uns et des autres, de l’aptitude à entrer en lien avec une personne précise et de la disponibilité de chacun.

Les membres de l’Eglise accordent-ils la même importance à la parole de chacun ?

La parole est reçue de la même manière que ce soit un homme ou une femme. Le poids de la parole du pasteur est celle qui, dans l’assemblée, fait la différence. 

Cette différence se remarquerait de la même manière si, dans notre Église, le pasteur était une femme.

À propos Lydia Lehmann

Lydia Lehmann est pasteur au Cépage à Bruxelles, une Eglise de l'AEEBLF (L'Association évangéliques d'Eglises baptistes de langue française). Elle exerce ce ministère en binôme avec son mari Léo. Sur "Servir ensemble" elle est responsable de la rubrique "Progresser en Eglise".

0 comments on “Vivre la mixité…

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :