Actualités

Qui nous roulera la pierre? – L’émission

Ne manquez pas l’émission de « Campus Protestant » (12’25) avec Joëlle Sutter-Razanajohary qui parle de son parcours, de son combat et de son livre « Qui nous roulera la pierre? Les femmes dans l’Église » publié en 2018.

1 Co 11.10 a provoqué une explosion dans mon cœur et dans ma tête! L’apôtre Paul dit textuellement que ‘la femme a autorité sur la tête’! Les traducteurs, pensant que c’était impossible de traduire ainsi, ont rajouté des mots et ça a donné: ‘que la femme doit avoir sur la tête une marque de l’autorité.’ Ce qui dit exactement l’inverse! C’est ahurissant!

Si comme d’autres, la citation de Joëlle vous a interpelé, ne manquez pas l’article de Matthias Radloff qui explique merveilleusement bien ce verset.


Si le livre vous intéresse, vous pouvez aussi lire la recension sur ce blog ou regarder une autre vidéo où elle en parle, aussi devant un arbuste… 😉

Le livre est disponible aux éditions Empreinte et dans toute bonne librairie! Si vous l’avez lu, nous serions ravies d’avoir un retour en commentaire. Si non, il n’est jamais trop tard!

qui-nous-roulera-la-pierre-

 

Marie-Noëlle Yoder est enseignante en théologie pratique et en éthique au centre de formation du Bienenberg (Suisse). Elle est aussi éducatrice spécialisée et thérapeute familiale et conjugale.

2 comments on “Qui nous roulera la pierre? – L’émission

  1. Luc JOSEPH.

    Bonjour,

    Je suis en pleine lecture du livre de Joëlle, quelles perspectives, quelle profondeur. Je viens de terminer le chapitre II. : Au coeur des textes.
    Une grande question reste en suspend me concernant. Joëlle explique le dysfonctionnement relationnelle qui s’opère lorsque Dieu vient différencier l’Adam en Ish et Isha. Elle explique qu’Ish dans sa première rencontre avec Isha ne parvient pas à entrer réellement en relation. Il reste dans un rapport de sujet-objet. Elle explique ainsi que Isha n’ouvre pas la bouche et n’a pas la possibilité de s’exprimer. Le dysfonctionnement commence et s’enracinera jusqu’à aujourd’hui.

    En faite, la question que je me pose concerne la perfection de la création avant la chute. Peut-on être dans un dysfonctionnement relationnel alors que le péché n’a pas encore pénétré le coeur de l’homme? Au fond, ce « mépris » de Isha ne serait-il pas alors déjà le « Sicut Deus » décrit par Bonhoeffer dans Création et Chute? Ish serait « sicut deus », comme Dieu, dans le sens ou il ne laisse pas exister son plus proche et s’auto-focalise?

    Merci pour votre aide,

    Luc.

    J'aime

    • Je n’ai pas lu ‘Création et chute’ de Bonhoeffer. Merci d’attirer mon attention sur ce texte! En ce qui concerne la ‘perfection’ de la création avant la chute, il me semble important de signaler ici que perfection ne signifie pas achèvement. De nombreux théologiens soutiennent par exemple l’idée d’une création de l’homme en image de Dieu seulement, avec la possibilité pour l’humain de se constituer ‘à la ressemblance’ à travers l’obéissance. Comparez genèse 1:26 qui contient image et ressemblance, et 27 qui en contient plus qu’ image. Ces textes n’ont pas fini de faire couler de l’encre…

      J'aime

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :